L'analyse de JF Gilles

  -  Les commentaires de nos équipes

Les taux repartent à la hausse

23 avril 2018

Et c’est justifié, en particulier aux États-Unis où les indices de prix subissent pleinement la hausse du baril de pétrole. C’est moins vrai en Europe du fait de la faiblesse du $, mais les taux € montent par sympathie avec les taux américains. Aux prix des matières premières s’ajoute là-bas la hausse des salaires. Autrement dit, l’accalmie sur le front des «tweets » nous ramène à ce que nous savions être le challenge de l’année : conjuguer hausse de l’inflation et des taux avec maintien de la croissance économique à un niveau satisfaisant et belle progression des résultats des entreprises.

Faiblesse transitoire ?

16 avril 2018

Les dernières publications économiques reflètent un ralentissement de la croissance. Cela est vrai aussi bien pour les États-Unis, où on considère généralement que celui-ci devrait être limité au S1 et qu’ensuite les allégements fiscaux devraient faire repartir la machine, qu’en Eurozone où le pic est désormais derrière nous mais où on ne sait pas sur quel palier la croissance se stabilisera.

Comme toujours la dynamique repose sur la confiance : après la séquence dans laquelle nous nous trouvons, marquée par les velléités commerciales du président américain et les craintes géopolitiques, il faudra qu’elle se rétablisse pour que les ménages et les entreprises enclenchent les investissements attendus. 

Les Etats-Unis en renfort ?

03 avril 2018

La croissance de l’Eurozone est vive, bien au-dessus de ce que nous avons connu depuis 10 ans, il semble cependant qu’elle ait atteint son pic. Dès lors le challenge consiste à la maintenir le plus longtemps possible à son haut niveau.

Pour cela, compte tenu de la contribution très importante des exportations à l’activité de notre continent, il faut que la bonne santé de nos principaux partenaires nous aide. En dépit des tweets agressifs de Mr Trump, les États-Unis devraient bien remplir ce rôle cette année. 

Modération de l'expansion

09 avril 2018

Après 6 mois exceptionnels, la croissance économique en Europe engage un repli mais son niveau reste celui d’une croissance soutenue.

Ce qui est ennuyeux, c’est que simultanément à ce mouvement, que l’on peut considérer comme étant dans l’ordre des choses, les « tweets » agressifs du président américain font craindre que les États-Unis s’engagent dans une guerre commerciale.

Les craintes d'une guerre commerciale s'intensifient

26 mars 2018

Jerome Powell, le nouveau président de la Fed, avait bien franchi son premier obstacle avec une hausse des taux comprise par les marchés et des prévisions astucieuses pour le futur. Malheureusement les décisions de Mr Trump en matière de commerce extérieur et les remaniements de son équipe suscitent des craintes de déclanchement d’une guerre commerciale.