L'analyse de JF Gilles

  -  Les commentaires de nos équipes

Regain d'incertitude

11 février 2019

L’annonce par D Trump qu’il n’avait pas prévu de rencontrer le président chinois X Jinping avant l’échéance qu’il a fixé pour les négociations commerciales américano-chinoises du 1er mars a déclenché un repli des marchés boursiers et un retour des investisseurs vers les valeurs refuges. Les taux à 10 ans allemands (Bund) sont en baisse de 8,3bp à 0,08%, encore une semaine comme celle là et ils repassent négatifs, le 10 ans américain baisse de 6bp à 2,63% alors que l’€ se déprécie face au $ de -1,1% à 1,1323 et que le pétrole est en forte baisse, WTI de -4,83% et Brent de -1,75% sur la semaine.

Mais sur le fonds, les nouvelles économiques n’ont fait que confirmer les tendances en place. 

Quelques lueurs d'espoir

04 février 2019

Dans des économies européennes toujours sur la voie du ralentissement, quelques lueurs d’espoir commencent à apparaître, en France en particulier. Pas encore de quoi annoncer que la phase de recul de l’activité est surmontée mais assez pour espérer que dans 6 mois la situation se sera améliorée.

Dans le même temps, les publications des résultats 2018 des entreprises entretiennent la prudence et la sélectivité. Si certains secteurs, comme le luxe, semblent avoir bien résisté, la tendance générale est toujours à la baisse des attentes pour 2018 et plus encore pour 2019. 

Rebond, durable ?

21 janvier 2019

Les marchés ont terminé la semaine en forte hausse soutenus par des rumeurs de développement positif sur le front commercial, la probabilité croissante d’un « soft Brexit » et des annonces de relance économique en Chine.

Les premières publications de résultats américains sont encourageantes et contribuent à entretenir cette reprise.

Cependant , tant les perspectives macro économiques globales, américaines, européennes et asiatiques continuent leur effritement alors que les analystes financiers revoient vivement à la baisse leurs prévisions de résultats 2019.

Pour que la tendance actuelle reste solide, il va être maintenant nécessaire que rumeurs et espoirs fassent progressivement place à du concret. 

Le ralentissement s'intensifie, les marchés regardent ailleurs

28 janvier 2019

Ce titre n’est pas pour dire que les marchés ont tort : ils analysent aujourd’hui que la faiblesse économique de ce début d’année pourra être surmontée. D’abord au 1er semestre par un surcroît de consommation lié aux politiques budgétaires, puis au 2nd, après un accord commercial États-Unis/Chine, par une reprise de l’investissement des entreprises et un retour d’optimisme ...

2019 : 2018 à l'envers ?

14 janvier 2019

L’année 2018 avait commencé dans l’optimisme : tout au long de 2017 la croissance mondiale et européenne avait accéléré trimestre après trimestre pour toucher des niveaux qui n’avaient plus été atteints depuis longtemps. Dans le même temps le chômage diminuait vite et les bénéfices des entreprises dépassaient les prévisions pourtant optimistes des analystes.

2019 démarre sur un pied inverse : les prévisions de croissance et de résultats sont révisés vers le bas depuis 6 mois et les indicateurs anticipés nous promettent un 1er semestre au minimum morose.

Mais s’il convient aujourd’hui de conserver une exposition prudente, nous savons aussi qu’il suffit de peu d’éléments positifs pour qu’une bascule vers plus d’optimisme s’installe chez les dirigeants d’entreprise et sur les marchés.

Ainsi, malgré des élections européennes qui s’annoncent très décevantes, nous ne perdons pas espoir qu’un accord commercial États-Unis/Chine et qu’une sortie honorable de l’impasse Brexit redonnent au fil des mois du tonus à l’investissement, à la croissance et aux résultats des entreprises, comme au moral des ménages.