L'analyse de JF Gilles

  -  Les commentaires de nos équipes

Stratégie d'investissement

17 juin 2019

Les données à prendre en compte pour établir une stratégie d’investissement viennent d’être modifiée à la suite de la confirmation d’un début de ralentissement aux États-Unis. Celui-ci était déjà perceptible en Europe et dans de nombreux pays émergents dont la Chine.

Bien sûr la guerre commerciale Chine/États-Unis, l’épisode mexicain et les négociations avec l’Europe en sont la cause, mais quelles conclusions en tirer ?

Nous avons réfléchi aux conséquences importantes des changements intervenus ces dernières semaines dans la politique des deux grandes banques centrales, à leur effet sur les marchés et adapté notre stratégie d’investissement à leur évolution.

C’est ce que nous vous restituons ci-dessous.

L'initiative aux banques centrales

10 juin 2019

La prolongation des incertitudes économiques a amené cette semaine la BCE à réduire ses prévisions de croissance pour l’Eurozone pour 2020 (-0,2%) et 2021 (-0,1%. Dans le même temps elle a prolongé de 6 mois, jusqu’à la mi 2020, sa guidance de maintien de ses taux directeurs à leur niveau actuel.

Aux États-Unis, le mouvement d’anticipation sur les taux est plus fort encore et s’est renforcé vendredi après la publication du rapport mensuel sur l’emploi de mai : les futures reflètent désormais 3 baisses des taux directeurs de 25bp d’ici la fin de l’année et 2 en 2020. Et certains escomptent même une baisse dès avant le sommet du G20 à la fin du mois à Osaka même si la majorité attend le 1er mouvement le 21 juillet.

Ce sont ces attentes des mouvements des banques centrales qui ont permis un fort rebond des marchés cette semaine, une baisse des taux longs et du $. 

Ré-escalade commerciale

27 mai 2019

Le conflit commercial américano-chinois connaît une nouvelle phase d’escalade. Des taxes plus élevées, à court terme, augmentent la hausse des prix mais leur impact négatif sur le sentiment de marché, le commerce mondial et les investissements auront davantage de conséquences. Et notamment celle d’effacer les points positifs qui apparaissent dans les publications économiques.

Il est difficile d’imaginer les conséquences à long terme de ce conflit commercial, mais elles pourraient être profondes.

A qui le tour ?

03 juin 2019

Chine, Union Européenne, Mexique, quel est le suivant sur la liste ?

Nous n’avons pas la réponse mais très logiquement ces nouvelles négatives sur les fronts diplomatiques et commerciaux ont fait chuter les marchés. Le recul de 6% en mai est entièrement attribuable à Mr Trump.

En début d’année, l’attention des investisseurs était capté par la politique accommodante des banques centrales, la faiblesse de l’inflation, la force du marché du travail dans les différentes parties du monde et des prévisions de progression correcte des résultats des entreprises. Aujourd’hui ce sont les perspectives dégradées de la croissance mondiale et les risques qu’elle encourt dans les prochains trimestres qui focalisent les réflexions.

Guerre Commerciale

20 mai 2019

Après avoir tweeté dimanche 5 mai sa volonté de rehausser les droits de douane déjà en vigueur, Mr Trump a mis a exécution ses menaces le 10 mai et au début de cette semaine Pékin a logiquement annoncé des mesures de rétorsion sur 5140 produits américains. A la différence des vagues précédentes, où le consommateur américain était peu touché, cette prochaine vague devrait concerner des produits de grande consommation, produits agricoles, vêtements, appareils électroménagers, téléviseurs, matériels informatique ou téléphones…