Les chiffres valent mieux que les mots

  -  Les commentaires de nos équipes

02 janvier 2018

Rubrique : L'analyse de Jean-François Gilles

La pause de fin d’année a bien eu lieu et les marchés ont été anémiques cette dernière semaine. Les publications économiques sont à l’avenant : rares. Tout ceci nous conduit à notre lettre hebdomadaire la plus courte de 2017 où nous vous donnons les performances annuelles de l’ensemble de nos produits.

C’est dans notre lettre trimestrielle que vous trouverez notre analyse des marchés et la stratégie d’investissement qui en découle, vous la recevrez en fin de semaine.

Nous vous souhaitons à tous une année 2018 heureuse et paisible, et du succès dans vos investissements. 

Un seul indicateur intéressant cette semaine pour l’Eurozone, la BCE a publié les chiffres du crédit aux entreprises et aux particuliers.

La croissance du crédit aux entreprises s’est encore accélérée le mois dernier, évoluant à son rythme le plus soutenu depuis la crise financière de 2007/2009. Il a augmenté de 3,1% en novembre après +2,9% en octobre et +2,4% en septembre.

La croissance du crédit aux particuliers a également vu son rythme s’accélérer, s’établissant à +2,8% après une hausse de +2,7% observée en octobre et en septembre.

Dans les deux cas il s’agit de la croissance la plus soutenue depuis la mi-2009.

Ces données accréditent l’appréciation optimiste de la conjoncture du dernier communiqué de la BCE qui a relevé il y a deux semaines ses prévisions de croissance et d’inflation pour la zone. 

Aux États-Unis, publication de deux importants indicateurs du marché immobilier américain.

Le 26 décembre les résultats de l’enquête mensuelle Case-Shiller ont montré que les prix immobiliers des 20 principales métropoles des États-Unis ont augmenté de 6,4% en octobre sur un an après 6,2% en septembre. Sur une base mensuelle corrigée des variations saisonnières, la hausse est de 0,7%.

Voilà qui est bon pour l’effet richesse et la consommation des ménages.

La Fédération Nationale des Agents Immobiliers (NAR) a annoncé le 27 décembre que les promesses de vente des logements anciens ont légèrement (+0,2%) augmenté en novembre alors que le marché attendait un repli. Elles sont portées par l’amélioration du marché de l’emploi dans un contexte d’accélération de la croissance. Ces promesses de ventes, qui se transforment en ventes fermes après un mois ou deux, sont considérées comme un indicateur avancé de la santé du marché immobilier.

Le secteur immobilier a retrouvé récemment un certain dynamisme après avoir stagné pendant une bonne partie de l’année en raison d’une pénurie de logements à vendre, de main d’œuvre et de terrains qui ont fait bondir les prix.

Sur un an les promesses de ventes ont augmenté de 0,8%, première hausse sur 12 mois depuis juin. 

Voici maintenant les performances annuelles de nos fonds avec les entreprises principales contributrices.

Pour FCP Mon PEA, la part R est en progression de 10,86% et la part I de 11,78% alors que le CAC40 progresse de 9,71% et le CACNR de 12,14%.

Les principaux contributeurs sont Derichebourg (+117,92%), Trigano (+96,76%), Ubisoft (+93,05%), ST Microelectronics (+72,63%) et FNAC-Darty (+57,95%).

Pour Erasmus Mid Cap Euro la performance est de 18,46% alors que l’EuroStoxx Mid progresse de 15,81% et l’EuroStoxxMid NR de 18,33%.

Les principaux contributeurs sont Trigano (+96,76%), Iren (+64,53%), FNAC-Darty (+57,95%), Vilmorin (+51,91%) et Sixt SE (+50,14%).

Pour Erasmus Small Cap Euro, la performance est de 32,73% pour la part R et de 33,94% pour la part I alors que le MSCI EMU Small Cap NR progresse de 24,23%.

Les principaux contributeurs sont Visiativ (+170,06%), Suess Microtec (+160%), Biesse (+123,68%), Derichebourg (+117,92%) et RIB Software SE (+101,28%).

Erasmus Capital Plus, notre fonds patrimonial défensif et de trésorerie d’entreprise, progresse de 3,71% pour la part R et 4,92% pour la part I, contre 1,61% pour son indice de référence (Eonia +2%). Les lignes actions sont les principales contributrices mais les autres parties du portefeuille, obligataire, arbitrage monétaire et performance absolue ont également contribué positivement. Cette performance a été constituée avec une très faible volatilité (1,84). 

Je vous souhaite à nouveau à tous plein succès en 2018. 

Bien cordialement, 

Jean-François GILLES