L'analyse de JF Gilles

  -  Les commentaires de nos équipes

Fed et BCE : engagement résolu

25 mars 2019

Maintenant nous savons pourquoi. Les banques centrales ont bien analysé les répercussions progressives des conflits commerciaux, ce qui les amènent à un soutien de plus en plus franc des économies, ceci en Europe comme aux États-Unis ou en Chine. Partout la croissance économique est désormais en berne même si notre continent est plus affecté que les autres : la réunion de la Federal Reserve, ses attentes revues à la baisse en matière de croissance et d’inflation et son passage en 3 mois d’une politique restrictive à une politique de soutien de l’activité montrent qu’en se rapprochant de l’élection présidentielle les États-Unis seront de plus en plus affectés par le ralentissement global.

De quoi faire réfléchir le président Trump. 

Prudence des banques centrales et rebond des marchés

18 mars 2019

Les marchés ont à nouveau progressé cette semaine. Cette fois-ci ils ont été rassurés par le report du Brexit et, les données macro publiées faisant état d’un ralentissement économique en Asie, en Europe et aux États-Unis, la confirmation du biais de plus en plus accommodant des banques centrales.

La hausse des marchés s’explique aussi non par les flux de souscription/rachat qui restent négatifs, mais par la course après le marché de nombreux gérants qui ont abordé 2019 avec une allocation trop prudente. A l’approche de la fin du T1 et des relevés qui vont avec cette échéance ils sont obligés de se réexposer pour ne pas avoir l’air à la rue sur la photo du 31 mars qu’ils devront envoyer à leurs clients.

Des éléments rassurants

04 mars 2019

Des éléments contradictoires, mais dont la somme est plus rassurante, apparaissent.

Du côté européen, si l’économie ralentit encore, elle ne s’enfonce pas, et l’optimisme semble revenir lentement, tant chez les chefs d’entreprise que chez les ménages. Le second semestre pourrait être meilleur que le premier.

Du côté américain au contraire, c’est la dégradation, lente mais qui s’élargit, de l’économie qui retient l’attention. Rien de grave encore mais de quoi justifier une attitude plus prudente de la Federal Reserve pour les trimestres à venir. La proximité maintenant de l’échéance électorale devrait pousser Mr Trump dans le même sens du soutien à la croissance.

L’Asie n’est pas épargnée par ce ralentissement et son meilleur baromètre, le commerce mondial en donne la mesure.

Les banques centrales à nouveau en soutien

11 mars 2019

La surprise de la semaine, ce sont les données du rapport sur l’emploi américain : même s’il faut prendre cette publication avec des pincettes compte tenu du long « shutdown », il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une pièce supplémentaire qui explique le changement stratégique des banques centrales.

La guerre commerciale initiée par le président américain a causé des dommages profonds à l’économie mondiale, y compris américaine. Nous commençons juste à en prendre la mesure. Mieux vaut tard que jamais mais les délais de réaction aux actions des banques centrales étant d’au moins 6 mois, ce retour des liquidités ne se répercutera sur l’activité qu’en fin d’année.

D’ici là, est-ce que les marchés financiers pourront maintenir leur élan soutenus par cet espoir lointain ? 

Nouveaux frémissements

25 février 2019

Nouveaux frémissements dans les indicateurs publiés cette semaine : non pas que la situation économique s’améliore déjà mais quelques signes permettent d’espérer que ce pourrait être le cas d’ici 6 mois.

Autre enseignement des dernières publications : il y a bien ralentissement en Chine. Celui-ci n’est pas de grande ampleur et il concerne surtout l’industrie mais ce qui apparaît de plus en plus clairement c’est que ses retombées n’épargnent aucun pays. En Allemagne, aux États-Unis ou au Japon les conséquences très concrètes de ce ralentissement affectent les économies : c’est une bonne raison pour amener Donald Trump à accepter un accord commercial Chine/États-Unis.

Dans ce contexte, c’est sans surprise que les marchés ont connu une nouvelle semaine de hausse.