L'analyse de JF Gilles

  -  Les commentaires de nos équipes

Les banques centrales rassurent

17 septembre 2018

La BCE en tête bien sûr, mais aussi la Banque de Turquie et celle de Russie qui apaisent nos craintes sur les pays émergents. Dans cette période où nous sommes trop souvent désarçonnés par les saillies du président américain, il est rassurant de constater qu’il y a encore des pilotes avec permis de conduire aux commandes.

Pour ce qui est de la croissance, nous sommes dans la continuité : les États-Unis caracolent, la zone euro et le reste du monde ralentissent tout en restant sur des tendances satisfaisantes en niveau même si elles sont en retrait par rapport à l’an dernier.

Les facteurs de risque se précisent

10 septembre 2018

Les craintes dont nous vous faisions part  dans la précédente lettre se sont malheureusement concrétisées cette semaine, marquée par  l’entrée en vigueur des taxes annoncées aux Etats Unis sur 200 milliards d’exportations chinoises,  et par de nouvelles péripéties médiatiques pour le président américain. 

Solide aujourd'hui mais la confiance recule

27 août 2018

L’activité domestique reste soutenue en zone euro, mais les signes de ralentissement des exportations se multiplient.

Les menaces de Trump ne sont pas sans conséquences et il reste à voir si les pays tiers seront à même de les surmonter.

Après le 6 novembre et les élections du mi-mandat nous y verrons plus clair.

Trump donne toujours le la

03 septembre 2018

Hélas ! mais on l’a encore bien vu cette semaine. Après quatre journées rassurantes, avec des évolutions construites sur des données macro et micro satisfaisantes, ce climat a été cassé vendredi par de nouveaux tweets. Comme nous le craignions depuis quelques mois, le président américain ne veut pas avoir l’air vis à vis de son électorat de faire des concessions avant les élections de la mi-mandat le 6 novembre.

C’est ce qui justifie des stratégies prudentes et d’importantes liquidités dans nos portefeuilles.

Cela ne nous empêche pas de suivre toujours d’aussi près les évolutions économiques et les développements des entreprises car après la phase actuelle régit par les tweets, il y aura retour à la réalité.