L'analyse de JF Gilles

  -  Les commentaires de nos équipes

Les maillons faibles.

22 novembre 2010

A nouveau les marchés se sont inquiétés de la soutenabilité de la dette publique en Europe; cette fois les projecteurs étaient braqués sur l' Irlande. Les négociations entre l'Irlande et le FMI, l' Union Européenne et la BCE se dirigent vers un accord, entraînant en fin de semaine un beau rebond des marchés boursiers.

Rester réaliste

15 novembre 2010

Aux États-Unis l'amélioration de la confiance des consommateurs et un rebond des demandes de crédits immobiliers représentent deux incications positives. En Europe, l'indicateur de sentiment économique a agréablement surpris, comme celui du climat des affaires de la Banque de France.

En attendant la politique monétaire (le 04/11).

04 novembre 2010

Le PIB britannique a augmenté de 0,8 % au T3 après avoir crû de 1,2 % au T2 2010. C'est très supérieur aux attentes et en décalage avec les enquêtes PMI qui tendaient à montrer récemment un ralentissement significatif de l'activité. Toutefois, ce chiffre peut conduire les autorités monétaires à ne pas envisager de nouveau programme d'achats de titres d'ici fin 2010.

Le QE nouveau est arrivé.

08 novembre 2010

600 milliards $ d'achats de bons du Trésor américains d'ici huit mois, tel est le mandat arrêté par la Federal Reserve pour la deuxième vague de Quantitative Easing ! les principales places boursières ont affiché jeudi des performances exceptionnelles (autour de + 2 % pour le S&P 500, l'Eurostoxx 50 et le CAC 40) alors que l'€/$ a atteint son plus haut depuis la mi-janvier.

Les résultats soutiennent les places financières.

25 octobre 2010

Les résultats des enquêtes du mois d'octobre tombés cette semaine ont été mitigés, mais les enquêtes nationales de France (INSEE) et surtout d'Allemagne (PMI et IFO au plus haut depuis trois ans et demi) offrent une bonne visibilité à six mois. Au total la locomotive allemande devrait continuer de pousser l'activité en zone € mais les wagons du sud ( Espagne, Gréce, Portugal) et de l'ouest (Grande-Bretagne et Irlande) seront de plus en plus lourds à tirer, d'autant que l'appréciation de l'€ et le renforcement des mesures d'austérité budgétaire vont peser sur l'activité.