Petites pressions

  -  Les commentaires de nos équipes

31 mars 2017

Rubrique : L'édito de Jean-Pierre Gaillard

Le retrait du projet de réforme de l'Obamacare a souvent mis la pression sur les marchés cette semaine. Cet échec a soulevé des interrogations sur la capacité du président des Etats-Unis à faire adopter ses mesures économiques, notamment ses promesses budgétaires et fiscales. Mais ces craintes n'ont pas réellement entamé le moral des investisseurs : Wall Street campe toujours à proximité de ses plus hauts historiques et le CAC 40 évolue sur ses meilleurs niveaux depuis l'été 2015. En outre, ces inquiétudes ont fini par se dissiper et la remontée du dollar en témoigne. Le raffermissement des cours du pétrole aussi a redonné un peu d'élan aux places boursières. Alors qu'il menaçait de retomber sous les 50 dollars, le prix du baril de Brent a fini la semaine au-dessus des 52 dollars. Une appréciation alimentée par une moindre augmentation des stocks de brut outre-Atlantique, des troubles en Libye et une éventuelle prolongation de l'accord de limitation de la production des membres de l'OPEP.