Le flash trimestriel

  -  Les commentaires de nos équipes

Newsletter juillet 2014

10 juillet 2014

A l’orée de la pause estivale, voici l’heure de notre rendez-vous trimestriel. Comme vous le savez et allez le lire au travers de nos analyses, si les indices boursiers ont peu variés au cours des trois mois écoulés, beaucoup d’événements sont survenus, tels ceux d’Ukraine ou d’Irak, qui ont influé sur les marchés financiers et amené des changements dans les stratégies d’investissements plus importants que la faible variation des indices ne le reflète.

Notre message principal reste cependant inchangé : c’est un message de confiance sur les entreprises européennes et françaises qui apparaissent toujours attractives. Nous restons convaincus qu’elles offrent un potentiel de revalorisation conséquent en dépit du chemin parcouru depuis trois ans.

La récession est terminée mais la reprise n'est ni rapide ni facile

02 juin 2014

Si la récession est bien terminée, la reprise n'est ni rapide ,ni facile. Depuis le début de cette année par exemple, le premier trimestre aux Etats-Unis a été paralysé par un hiver extrêmement rigoureux, puis, alors que la Zone € semblait repartir, son élan a été ralenti par les événements survenus en Ukraine alors que les pays émergents jouent moins qu'hier leur rôle de locomotive.

Newsletter avril 2014

02 avril 2014

Comme tous les trois mois voici l'actualisation de nos analyses, nos lectures de ce qui évolue et ce qui demeure dans la stratégie complète que nous vous avons présenté en début d'année.

Après un premier trimestre satisfaisant, nous ne changeons pas notre fusil d'épaule et la plupart des choix que nous vous avions exposés dans nos perspectives 2014 restent valides. Ils ont permis, avec la stratégie d'investissement qui en découle, aux fonds gérés par Erasmus Gestion de traverser le premier quart de l'année de façon satisfaisante. 

Nous réagissons

04 mai 2014

En apparence, les indices boursiers français et européens ont fait preuve d'une relative stabilité au mois d'avril. Mais ce n'est qu'en apparence, en fait ils ont connu une forte rotation sectorielle par rapport aux premiers mois de l'année en réaction aux événements de Crimée et d'Ukraine. Nous avons réagi et adapté nos portefeuilles à ce nouvel environnement.