Les nouvelles des portefeuilles

  -  Les commentaires de nos équipes

02 novembre 2018

Rubrique : Le point sur les valeurs

30/10/2018

Elica : Le fabricant italien de hottes de cuisine a publié des résultats du troisième trimestre en décroissance de -2.7%. Neutralisé de l’effet périmètre (-2.6%) et de l’effet devise (-0.8%) et malgré un contexte de fort ralentissement de marché (-2%), particulièrement sur l’Europe de l’Ouest (-5.7%), la croissance organique d’Elica reste bonne (+0.7%), soutenue par la très forte croissance des ventes des marques en propre (+14.9%). Mieux margé que celui des ventes aux équipementiers, en perte de vitesse, ce segment permet de poursuivre l’extension de la marge d’EBE ajusté (+70bps). Le 4ème trimestre devrait montrer les mêmes tendances que ce 3ème trimestre. (Erasmus Small Cap Euro, Erasmus Micro Cap Euro)

Dontnod : Le studio français de jeux vidéo a publié pour la 1re fois après son introduction en Bourse en Avril dernier. Le chiffre d’affaires progresse de 5% à 4.7M €, tiré par les premières royalties issues de l’excellent jeu Vampyr. Si le chiffre d’affaires n’est pas à la hauteur des espérances, c’est parce que le studio le calcule selon la méthode de l’avancement, ce qui le rend inférieur au chiffre d’affaires facturé. L’investissement massif de Dontnod afin de renforcer les équipes de production a pénalisé les marges. Le studio affiche un résultat opérationnel courant négatif de -0.6M €. La prudence du management sur la reconnaissance des revenus et les clauses de confidentialités rendent difficile la modélisation de la valeur ; l’effort d’investissement, qui pénalise les marges à court terme n’en est pas moins un gage de qualité des futures productions : les fondamentaux restent inchangés. Nous pensons que la correction du marché est exagérée.  (Erasmus Micro Cap Euro)

Catana : Le fabriquant de multicoques présente un carnet de commande en croissance de 78%, qui s’établie à 67M €. Celui–ci est tiré par le succès du nouveau navire amiral du groupe, le Bali 5.4, qui dispose déjà d’un carnet de commande de plus d’un an de production. Sur l’année 2018/19, le groupe table ainsi sur une croissance du chiffre d’affaires sur le segment bateaux neufs proche de 40%, soit entre 55M € et 56M €, pour un chiffre d’affaires global supérieur à 65M €. Le carnet de commande, qui s’étend déjà au-delà de l’exercice en cours, confirme le maintien d’une dynamique de croissance forte sur le secteur. (Erasmus Micro Cap Euro)

Ubisoft : Yves GUILLEMOT, PDG, et Alain MARTINEZ, directeur financier, nous ont présenté les chiffres du S1 2018/2019 de l’entreprise de jeux vidéo. La sortie anticipée d’Assassin’s Creed Odyssey a permis un CA de 767M € (+64%) et un résultat opérationnel qui passe au S1 de 3.1M € à 110.2 M €. Le back catalogue très puissant a représenté 75.7% des nets bookings. Le groupe confirme toutes ses guidances pour l’ensemble de l’exercice. Ubisoft annonce l’annulation de 1.6 millions d’actions autodétenues ainsi que le rachat de 3 millions d’actions issues de la sortie de Vivendi, elles pourront être annulées ou être utilisées dans le cadre de l’intéressement des salariés. Nous conservons. (FCP Mon PEA)

Kerlink : Le troisième trimestre du spécialiste de la technologie LoraWan pour connecter les objets a, comme prévu, était en recul, à 3.0 millions d’euros (-37%). Les ventes aux opérateurs publics sont atrophiées (-71%) , du fait notamment d’un effet de base compliqué (ventes à Tata Communications de plus de 2 millions d’euros l’an dernier). A court terme, la tendance devrait rester compliquée au quatrième trimestre, malgré un léger rebond attendu. A moyen terme, le cap des 70 millions d’euros à 2020 est maintenu. Si le marché n’accorde que peu de crédibilité à cet objectif, nous pensons que la sanction récente a été sévère et que le quatrième trimestre pourrait montrer des signes d’amélioration avant une année 2019 de meilleure facture.  (Erasmus Micro Cap Euro)

Balyo : Le troisième trimestre du champion français des robots de manutention automatisés montre une légère accélération par rapport à un deuxième trimestre décevant. Les ventes ressortent à 5 millions d’euros, en hausse de 33% et le quatrième trimestre devrait être encore de meilleure facture, avec une hausse entre 60 et 80% attendue. Si le rythme de croissance sur l’année (+50-60%) se révèlera inférieur aux objectifs initiaux (+80-100%), en raison de difficultés technologiques rencontrées dans l’ajout de nouvelles fonctionnalités (déplacements verticaux des chariots),la sanction sur le titre (divisé par 3 par rapport au plus haut) semble disproportionnée, probablement exacerbée par un certain manque de transparence et de clarté de la part du Management. Les fondamentaux restent cependant bons, le groupe convainc de plus en plus de nouveaux clients et pourrait annoncer des signatures importantes dans les prochaines semaines. Nous conservons. (Erasmus Micro Cap Euro)