Les nouvelles des portefeuilles

  -  Les commentaires de nos équipes

14 décembre 2018

Rubrique : Le point sur les valeurs

11/12/2018

Cette semaine se tenait le salon nautique international de Paris. Nous sommes allés sur les stands de Catana et Fountaine Pajot afin de faire le bilan de cette année et un point sur l’avenir des deux fabricants français de bateaux de plaisance.

Catana : Le fabricant a posté une excellente marge opérationnelle pour son exercice 2017/18. En progression de 330 points de base, celle-ci atteint 5.9%. Catana atteint son objectif annuel en doublant son résultat net, à 3,4M€. Le carnet de commande s’étoffe un peu plus, à 70M€ (contre 37.5m€ l’an passé à la même période, et 67M€ le mois dernier). Rencontré sur le salon nautique, David Etien (CFO) reste très confiant pour le futur. Le marché de la plaisance ayant évolué vers la location, il est aujourd’hui moins cyclique qu’il n’a pu l’être par le passé. Le fabricant est d’ailleurs particulièrement bien positionné puisque sa marque Bali plaît beaucoup aux loueurs et à la nouvelle clientèle « non-puristes ». (Erasmus Micro Cap Euro)

Fountaine Pajot : Nous avons rencontré Nicolas Gardies (directeur général) sur le stand Fountaine Pajot. Le carnet de commande sur l’année en cours est déjà presque plein, et sur les modèles les plus demandés, l’attente est déjà de près de 18 mois. La gamme, riche de sept catamarans à voile, ne devrait plus s’étoffer. Fountaine Pajot prévoit plutôt de remplacer les modèles existants par des versions améliorées, au rythme de un à deux par an. Nous avons également visité le stand de Dufour Yachts, récemment acquis par Fountaine Pajot. L’intégration de la marque de voiliers haut de gamme fait tout son sens puisqu’elle vient élargir l’offre du groupe, et l’ouvre au marché du monocoque, en plein rebond. Le groupe va appliquer les mêmes méthodes de lean management sur les sites de Dufour Yachts que pour ses sites de production de multicoques afin de dégager, à terme, ~15% de productivité supplémentaire. (Erasmus Micro Cap Euro)

12/12/2018

Air Liquide : Nous avons rencontré Benoît POTIER, PDG d’Air Liquide. Il nous a présenté l’activité de l’entreprise après l’achat de l’américian Airgas. Désormais les Amériques sont le 1er marché avec 43% du chiffre d’affaires, l’Europe compte pour 34%. L’Asie Pacifique pour 20% et l’Afrique et le Moyen-Orient pour 3%. En termes de secteur, Industriel Marchand pèse pour 48%, la Grande Industrie pour 24, la Santé pour 17 et l’Electronique pour 8%. La transition énergétique est une grande opportunité pour Air Liquide qui a un objectif de réduction de l’intensité carbone de 30% entre 2015 et 2025, ce qui permet d’aider les clients, dont c’est la demande, en développant des solutions bas carbone. L’Hydrogène est une énergie propre qui peut jouer un rôle important à l’avenir. Les objectifs financiers du groupe devraient être facilement atteignables (CA +6 à 8% de 2016 à 2020 avec un ROCE supérieur à 10%). Nous conservons (FCP Mon PEA)

Sixt : nous avons rencontré l’ancien directeur financier  Julian zu Putlitz ,qui quittera la société en mars prochain, et son successeur Jorg Bremmer doté d’une grande expérience internationale et qui nous a fait forte impression.  L’année 2018 aura été excellente pour l’activité de location automobile de Sixt, dépassant les objectifs internes en Allemagne et dans le sud de l’Europe en particulier. Pour 2019 les ouvertures de nouvelles agences, aux États-Unis et en Italie surtout, devraient permettre une nouvelle progression des ventes proche de 10%. A plus long terme Sixt prépare son offre de «  e mobilité » et en teste actuellement le concept à Berlin. Avec son expérience, en particulier d’avoir géré la coentreprise « Drive Now » avec BMW, la société nous paraît bien placée pour cette révolution des modes de déplacement. (Erasmus Mid Cap Euro).

UCB : nous avons eu un entretien privé avec la responsable des relations avec les investisseurs et la responsable de l’un des programmes de recherche sur l’épilepsie, la plus importante franchise du groupe. En épilepsie, les perspectives à court terme sont bonnes mais à partir de l’année 2022 plusieurs parmi les principaux médicaments du groupe (Neupro pour Parkinson et le syndrome des jambes sans repos, Vimpat en épilepsie) subiront la concurrence des génériques. Le groupe se prépare à la relève avec le nouvel antiépileptique Briviact lancé en 2016 et, à courte échéance, Evenity, son traitement pour l’ostéoporose : au cours des quatre prochains mois nous saurons si cette molécule, co-développée avec Amgen, est approuvée ou pas au Japon, en Europe et aux Etats-Unis. Evenity a le potentiel d’atteindre le milliard de chiffre d’affaires et constituerait donc un relais de croissance majeur. Nous conservons. (Erasmus Mid Cap Euro).

Solutions 30 : Nous avons rencontré Gianbeppi Fortis, PDG de Solutions 30, spécialiste de l’installation d’équipements numériques. Les tendances de croissance dans les principales activités restent très bien orientées : le déploiement de la fibre optique chez les particuliers se poursuit à un rythme très élevé (+90% au T3 2018) tandis que l’installation des compteurs intelligents électricité/gaz continue de croitre à un rythme plus mesuré (+13% au T3). En France, la fibre a encore de beaux jours devant elle avec seulement 4 millions de foyers raccordés sur un total de 28 millions. A moyen terme, les relais de croissance identifiés se trouvent dans l’énergie  (bornes de recharge pour véhicules électriques) mais aussi sur la partie télécoms, avec l’arrivée de la 5G (installation des antennes). L’objectif visé de 1 Mds€ de chiffre d’affaires à moyen terme est confirmé par son PDG. (Erasmus Small Cap Euro)