Les nouvelles des portefeuilles

  -  Les commentaires de nos équipes

08 février 2019

Rubrique : Le point sur les valeurs

04/02/2019

M6 : la société a annoncé être en discussion exclusive avec le groupe Lagardère afin de lui racheter son pôle télévision, principalement constitué de la chaîne Gulli et d’autres chaînes pour enfants ainsi que d’activités de distribution et de régie publicitaire. Cet ensemble a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 98M et un Ebit de 20.6M. Une valorisation de l’ordre de 230-250M est évoquée soit environ 12fois l’Ebit, mais M6 annonce l’objectif de doubler ce résultat à l’horizon 2023 : les synergies sont nombreuses et M6 a prouvé, récemment encore avec le rachat des activités radio de sa maison mére RTL, sa capacité à intégrer avec succès des acquisitions. Nous conservons. (Erasmus Mid Cap Euro).

05/02/2019

LNA Santé: Le gestionnaire d'établissements de santé et résidences médicalisées a publié son chiffre d’affaires annuel en ligne avec les attentes du consensus. Le chiffre d’affaires d’exploitation atteint 437.1M €, en croissance organique de 4.4%, en ligne avec l’objectif du groupe. C’est l’activité moyen séjour (+8.7%), dont notamment les structures d’hospitalisation à domicile (+12.3%), axe stratégique du groupe, qui tire la croissance. LNA Santé comptait au 31 décembre 6 163 lits en régime de croisière, dont le taux d’occupation record (98%) témoigne de la pertinence du modèle du groupe. L’accélération des livraisons immobilières (+39.7% sur l’année, +129.8% au quatrième trimestre) atteste du démarrage du plan « Grandir ensemble 2022 ». Celui-ci se traduit d’ailleurs dans les objectifs du groupe : une croissance de 3.5% en volume en 2019 qui devrait se renforcer en 2020. (Erasmus Small Cap Euro, Erasmus Micro Cap Euro) 

06/02/2019

DASSAULT Systèmes : Bernard CHARLES, directeur général adjoint, et Pascal DALOZ, directeur financier, nous ont présenté les résultats de 2018 de l’entreprise. Le chiffre d’affaires progresse de 10% et les bénéfices par action de 16%. La diversification géographique, sectorielle et technologique (3D Experience, cloud) bat son plein. Avec IQMS, Dassault Systèmes s’attaque maintenant aux logiciels ERP pour les petites entreprises manufacturières qui veulent transformer numériquement leurs activités. L’objectif croissance du CA pour 2019 et de 10 à 11% avec une marge opérationnelle d’environ 32 à 32.5% et l’objectif de croissance du BNPA est d’environ de 7% à 9% à taux de change constant. Nous conservons. (FCP Mon PEA)

07/02/2019

GEA : nous étions récemment revenus sur cette entreprise allemande spécialiste des équipements pour l’industrie agro-alimentaire et parmi les leaders mondiaux de ses spécialités. GEA a déçu les investisseurs à de nombreuses reprises ces dernières années, un nouveau management a été intronisé et nous pensions que le dernier avertissement avait été l’occasion de mettre les comptes au carré. Mais la publication de ce jour est très décevante, en particulier parce qu’elle fait apparaître une baisse de près de 10% des commandes reçues au 4eme trimestre. Nous vendons, heureusement il s’agissait d’une petite position pour le fonds. (Erasmus Mid Cap Euro)

Pernod-Ricard : Alexandre RICARD, PDG, et Hélène TISSOT, directrice financière, nous ont présenté les chiffres du 1er semestre de l’entreprise. Ils sont excellents avec une croissance organique du CA de 7.8%, de 12.8% du résultat opérationnel courant et de 11% du résultat net courant, ceci alors que le désendettement continu. Le nouveau plan « Transform & Accelerate » commence fort ce qui a permis à l’entreprise de relever ses objectifs pour l’exercice en cours, pour le bénéfice opérationnel de 5.7% à 6-8%. L’objectif de réduction des dépenses de 200 millions € sera atteint dès juin 2019, soit avec un an d’avance, l’impact devises devrait être positif de 30 millions d’€, ainsi la marge opérationnelle devrait s’apprécier de 50 bps. Nous conservons. (FCP Mon PEA)

Valmet : la société finlandaise d’ingénierie a réalisé un excellent dernier trimestre (marge de 11%, prises de commandes +40%) et se montre confiante pour 2019, abordant l’année avec un carnet de commandes record, tout en constatant un environnement global plus difficile. Les perspectives de la plupart des activités sont jugées bonnes : il s’agit de l’automation, l’énergie, le carton et le papier. Un cran en dessous, sont jugées satisfaisantes celles pour les secteurs de l’énergie, de la pâte à papier et pour es usines de production de mouchoirs en papier. Nous conservons cette société bien gérée, qui nous a rarement déçu depuis son introduction ne bourse 5 ans plus tôt, et au bilan solide qui lui permet de faire des acquisitions. (Erasmus Mid Cap Euro)

Sanofi : Olivier BRANDICOURT, PDG, et Jean-Baptiste de CHATILLON, directeur financier, nous ont présenté les résultats 2018 du groupe qui se révèlent en ligne avec les attentes. Le véritable point de cette publication concerne la guidance 2019 avec une croissance du bénéfice par action comprise entre +3% et +5%. Cette année l’effet devises devrait être modestement positif de 1 à 2%. Le consensus se situe au bas de ces prévisions. Nous conservons. (FCP Mon PEA)

Barco : La société belge a publié ses résultats pour l’exercice 2018. Le chiffre d’affaires est stable par rapport à l’an dernier à 1.03 Md d’euros, mais l’excédent brut d’exploitation progresse nettement à 124.5 millions d’euros (+16%, 12% de marge), plus rapidement que les attentes. Le groupe remplit donc son objectif d’atteindre une marge de 12 à 14% d’ici à 2020 avec deux ans d’avance. Ce résultat s’explique par un effet mix positif avec une croissance rapide de la division Clickshare qui est la plus rentable du groupe. Pour 2019, la croissance organique devrait être soutenue par la poursuite de la bonne dynamique de la division Clickshare, mais également par un retournement de la division Cinéma en Chine après une année 2018 en recul. Par ailleurs, le Management anticipe une poursuite de l’amélioration des marges pour 2019 avec une hausse attendue de 100 à 150 points de base. (Erasmus Mid Cap Euro)

08/02/2019

Umicore : nous avons écouté le président Marc Grynberg présenter des résultats 2018 impressionnants (ventes +17%, résultat d’exploitation +29%). Umicore est l’un des experts en matériaux de pointe liés à la transition énergétique (catalyse, retraitement des métaux rares, chimie pour batteries de voitures électriques…). Malgré le ralentissement de la demande de la part des secteurs de l’automobile te des semi-conducteurs et un impressionnant programme d’investissements, le président annonce une nouvelle croissance des résultats en 2019, année qui devrait être suivie d’une accélération de la croissance en 2020. Nous rencontrerons Monsieur Grynberg la semaine prochaine. (Erasmus Mid Cap Euro)

Flow traders : la société a publié ses résultats 2018 qui se sont révélés légèrement mieux que les attentes du consensus : des revenus de trading nets en hausse de 75% au 4ème trimestre 2018, des frais de courtage moyen de 2.7 points de base et un dividende de 2.35€. Malgré cela, la conférence téléphonique tenue par Dennis Dijkstra, Co-CEO, a mis en avant les points fragiles de cette publication : une performance décevante aux Etats-Unis où les flux se sont concentrés sur les produits les plus liquides et des indications pour 2019 moins optimistes qui pourraient mener à des révisions de la part des analystes. La société communique sur une croissance des coûts fixes de 15% (contre 7% en 2018) et des volumes en retrait sur les ETPs en ce début d’année, ce qui a naturellement refroidit le marché. Le management a cependant insisté sur sa volonté de se diversifier sur de nouvelles d’actifs (taux et devises) afin de réduire la volatilité des revenus. (Erasmus Small Cap Euro)

Rubis : Nous avons fait le point avec le directeur financier Bruno Krief à l’occasion du petit-déjeuner organisé pour la publication des ventes du quatrième trimestre. Si les volumes ont été un peu décevants dans la branche Energie (léger recul organique), cela s’explique par plusieurs éléments non récurrents comme des manifestations à la Réunion ou des difficultés d’approvisionnement en Haïti. La bonne surprise est venue des marges unitaires qui sont en nette hausse (+9%) ce qui devrait tirer le résultat opérationnel. Pas d’inflexion de tendance majeure pour les deux autres  divisions : la division stockage reste en recul de 11% en raison d’une mauvaise orientation des prix du pétrole et la division Services est en ligne avec les attentes. Après un exercice 2018 difficile au cours duquel les mauvaises nouvelles se sont additionnées (Madagascar, Turquie, Iran…), les perspectives pour l’année prochaine sont bonnes avec l’intégration de la société kenyane Kenolkobil qui devrait apporter plus 50 millions de dollars en résultat opérationnel par an, une orientation des prix du pétrole plus normalisée qui soutiendra la division stockage et une reprise progressive de l’activité au Moyen-Orient. (Erasmus Mid Cap Euro)

L’Oréal : Jean-Paul AGON, PDG, nous a présenté les résultats 2018 de l’entreprise, accompagné de Christian MULLIEZ, directeur financier et de Nathalie ROOS, directrice Produits Professionnels. Les résultats sont de très bonne qualité avec une très belle fin d’année (T4 à +7.7% en organique) et une progression de la marge opérationnelle. M. AGON se sent très confiant, le groupe table sur une nouvelle année de surperformance, de croissance du CA et es résultats en s’appuyant sur les deux grands moteurs de croissance : la division Luxe et Active, 40% du CA en croissance à +13.9% alors que le Professionnel et le Consumer sont à +2.4%, d’autre part l’Asie, 24% du CA avec 24% de croissance tandis que le reste du monde (76%) est à +1.8% en 2018. Nous conservons. (FCP Mon PEA)