Les nouvelles des portefeuilles

  -  Les commentaires de nos équipes

12 avril 2019

Rubrique : Le point sur les valeurs

10/04/2019

Bastide : nous nous sommes entretenus avec Olivier Jourdanney, DGD du spécialiste du maintien à domicile. Après une croissance semestrielle en haut de fourchette (+7% de croissance organique), celle-ci ne faiblit pas, notamment grâce à la ré-accélération des activités « collectivités » au troisième trimestre. La question des contrats de Baywater au Royaume-Uni a été abordée : Olivier Jourdanney est serein sur le renouvellement des trois régions existantes « à un niveau de confiance de 90% », et pense même être plutôt bien engagé pour la reprise d’une quatrième région (50% de probabilité) : réponse fin Avril. Le management reste confortable sur ses objectifs moyen terme (croissance organique de plus de 5% par an, marge opérationnelle entre 9.5% et 10%). La question récurrente d’une potentielle augmentation de capital a de nouveau été écartée : Bastide devrait terminer l’année avec un endettement net d’un peu plus de 3x l’EBITDA, lui permettant d’aller chercher cette année encore entre 40 à 60m€ de dette supplémentaire afin de poursuivre ses petites opérations de croissance externe sans s’approcher trop près des convenants (3.5x). Nous conservons. (Erasmus Small Cap Euro)

Fountaine Pajot : nous avons discuté avec Nicolas Gardies, DG du fabricant de catamarans et de voiliers, de la riche année qui attend l’entreprise. La nouvelle usine digitale sera prête cet été et permettra d’économiser au moins 0,5m€ par an en approvisionnement. Les nouveautés (3 catamarans Fountaine Pajot, deux voiliers Dufour) ont reçu un franc succès sur les derniers salons, le groupe doit « gérer la pénuerie » tout en continuant ses plans de monter en cadence. L’année sera riche en investissement (environ 12m€ de Capex et 150 recrutements pour cinq nouveaux bateaux et une nouvelle usines), mais cela se normalisera sur l’année suivante. Les marges, notamment celle de Dufour, devrait significativement s’améliorer à l’issu de ces transformations. Nous conservons. (Erasmus Micro Cap Euro)

Focus Home Interactive: le What’s next se tenait cette semaine, évènement pendant lequel l’éditeur de jeux vidéo dévoile ses derniers jeux à la presse. On peut dire que Focus n’a pas chômé. Pour ne citer que quelques nouvelles : Focus a obtenu pour 10 ans d’exclusivité en jeu vidéol’univers Call of Cthulu. Après le succès de Vampyr, qui fête aujourd’hui son million d’exemplaires, le studio DONTNOD signe de nouveau avec Focus, pour « l’un des projets les plus ambitieux de l’histoire » des deux groupes. Trois jeux sous la licence Games Workshop sont en développement, dont une « expérience AAA »  avec le prestigieux studio Saber Interactive. Mentionnons également des partenariats renouvelés avec Asobo, Deck 13 ou encore Sumo Digital, pour ne citer que les studios majeurs. En ce qui concerne les communications des griefs sur le géoblocage, le groupe coopère avec la commission européenne. Il est très peu probable selon nous que le groupe écope de l’amende maximale (10% du chiffre d’affaires). Nous pensons que la forte sanction en bourse le jour de l’annonce n’était pas méritée. (Erasmus Small Cap Euro)

11/04/2019

Mediawan : la société française de production audiovisuelle a publié d’excellents résultats annuels, supérieurs aux attentes du consensus. Pierre Antoine Capton (DG) est confiant pour la suite, la tendance sectorielle est claire : « chaque année, plus de 20mds€ sont investis dans le contenu audiovisuel ». Mediawan, avec ses marques locales premium, est le grand gagnant de cette course au contenu : 6mdetéléspectateurs se sont réunis en moyenne sur les trois épisodes des Bracelets rouges en Mars en France, Commissaire Montalbano en a réuni plus de 10m en février en Italie. Cette stratégie paye à l’international avec des contenus qui s’exportent bien: Mia est le Lion Blanc est le film français ayant eu le plus de succès à l’international en 2018. Après avoir été exporté au Québec, Dix pourcent va être adapté pour l’Italie. L’Inde et la Chine seraient intéressés également. La force de Mediawan est ici sans équivoque : Dominique Besnehard nous raconte qu’il a mis six ans à convaincre et trouver les fonds pour produire la première saison de la série. Le groupe table sur une croissance organique moyenne de 10% pour les trois ans à venir (100 heures produites en 2018, 250 à produire sur 2019-2020). Naturellement, les productions « fraîches » étant moins bien margées que le fond de catalogue, un effet mix impactera négativement les marges, ce qui ne nous inquiète pas outre mesure, d’autant que les productions fraîches d’aujourd’hui constitueront le catalogue de demain. Nous pensons que le meilleur reste à venir (titre d’un film Mediawan sortant en Décembre 2019) puisque P-A Capton conclut « On va annoncer des choses extrêmement intéressantes dans les prochains mois ». Nous conservons (FCP Mon PEA, Erasmus Small Cap Euro, Erasmus Micro Cap Euro)