Les nouvelles des portefeuilles

  -  Les commentaires de nos équipes

14 février 2020

Rubrique : Le point sur les valeurs

10/02/2020 

OPA sur Isra Vision : spécialiste des systèmes automatisés d’inspection des surfaces pour les applications industrielles, vient d’annoncer une offre de rachat de la part du conglomérat industriel suédois Atlas Copco, en vue de créer un nouveau segment centré sur la vision assistée par ordinateur. La prime payée par Atlas Copco est de 43% sur le dernier cours coté et valorisé Isra Vision à plus de 41X de PE 2020 et 28X EV/Ebit. Ainsi le groupe suédois met la main sur un acteur unique, très innovant, ayant affiché une croissance moyenne de ses ventes de 10% ces dernières années et une marge opérationnelle de plus de 22%. La thématique M&A reste centrale pour les Small Caps et nous continuons à la favoriser dans le fonds Erasmus Small Cap Euro (à ce jour 39% des valeurs en portefeuille répondent au thème ‘opérations spéciales’ en raison de leur attrait spéculatif ou de leur capacité à réaliser des opérations structurantes). (Erasmus Small Cap Euro)

Bilendi : Qwamplify a enfin cédé sa participation de 25.6% dans Bilendi. En plus d’améliorer la liquidité du titre, cet évènement permet à Bilendi de retrouver une certaine sérénité. Pour rappel, Qwamplify avait essayé de faire passer la distribution d’un dividende très important l’an dernier, qui aurait siphonné les comptes de Bilendi et mis à mal la stratégie d’acquisitions de Marc Bidou, PDG fondateur du groupe. Nous avons participé à ce placement. Bilendi fait partie des leaders européens dans les services pour les études de marché. Nous pensons que Bilendi a les armes nécessaires pour tirer son épingle du jeu dans cette industrie dynamique en consolidation. Les efforts d’investissement dans l’innovation lui permettent d’avoir un coup d’avance sur bon nombre de ses concurrents, tout en améliorant les marges. (Erasmus Small Cap Euro)

Moncler : La marque de luxe italienne publie un chiffre d’affaires de 1 628M€ (+13% à taux de change constants), légèrement supérieur au consensus. L’ensemble des régions contribuent positivement à ce résultat, affichant toutes sans exception une croissance à deux chiffres. A taux de change constants, la région EMEA affiche la plus forte évolution de ses revenus (+14%). L’Asie et reste du monde présente également une bonne croissance (+13%), et ce malgré une régression des ventes à Hong Kong sur le second semestre, affectées par les protestations qui y font rage depuis l’été. La croissance du chiffre d’affaires à périmètre comparable reste très solide, à +7%. A 574.8M€, l’EBE ajusté est lui aussi supérieur aux attentes. Sa marge progresse légèrement pour atteindre un nouveau record à 35.3%. Le coronavirus a été le centre des attentions lors de la conférence téléphonique. Si le groupe confirme la fermeture d’un grand nombre de magasin en Chine et la réduction drastique du trafic dans ceux restés ouverts, il faut rappeler que le premier semestre ne représente que 35% du chiffre d’affaires annuel du groupe, et que si l’épidémie reste limitée à la première partie de l’année, Moncler devrait moins en souffrir que les autres acteurs du luxe. De plus, afin de protéger la profitabilité, le groupe a mis en place un plan de réduction des coûts : négociations des loyers, réductions des effectifs temporaires, reports de projets. Nous conservons. (Erasmus Mid Cap Euro)

11/02/2020

Lectra : le producteur d’équipements technologiques pour la découpe de cuir ou de textile a publié ses résultats 2019. L’attentisme sur le marché de la mode et de l’automobile impacte négativement le chiffre d’affaires en repli de -1% et les commandes de nouveaux systèmes en baisse de -10%. Le résultat opérationnel est en croissance de +2%. Si le début d’année 2020 était prometteur, le PDG, monsieur Harari, tempère son optimisme à cause du Coronavirus dont la durée et les conséquences restent inconnues. Manquant de visibilité, le groupe préfère attendre avant de donner ses objectifs annuels. Malgré ses incertitudes, l’entreprise demeure confiante pour l’avenir grâce à un bilan solide (120m€ de trésorerie nette) et des avantages compétitifs significatifs (avec une offre industrielle 4.0 complète). Elle a ainsi publié sa feuille de route stratégique pour 2020-2022 et ambitionne une croissance de ses revenus récurrents de 20% entre 2019 et 2022. Nous restons donc très confiants sur Lectra qui est extrêmement bien positionné pour bénéficier des mutations profondes de son industrie. (Erasmus Small Cap Euro)

12/02/2020 

Raisio : le groupe alimentaire finlandais a publié ses résultats annuels. Le chiffre d’affaires atteint 236.3M€, en croissance de 3.5%, légèrement inférieur aux attentes du consensus, à cause de la faiblesse du marché anglais sur le dernier trimestre. Raisio voit cependant, dans les dernières semaines de Décembre, une reprise sur le marché grand-breton. Le résultat opérationnel ajusté arrive lui aussi légèrement inférieur aux attentes. En cause, des coûts R&D et marketing plus importants qu’anticipés par le marché sur le dernier trimestre. La marge opérationnelle ajustée arrive tout de même à 11.5%, une légère amélioration par rapport à l’an dernier (11.2%). Pour 2020, le groupe table sur une croissance du chiffre d’affaires et une marge opérationnelle supérieure à 10%, objectifs similaires à ceux de 2019. Nous restons convaincus que le positionnement de Raisio – nourriture saine, sans gluten, viande végétale… – est optimal. Nous conservons. (Erasmus Small Cap Euro)

13/02/2020

Guerbet : l’entreprise pharmaceutique a publié son chiffre d’affaires annuel 2019 en croissance de +2,5%, légèrement supérieure aux attentes des analystes. L’entreprise a subi en Europe un effet prix négatif sur son médicament phare le Dotarem à cause de l’arrivée récente de son générique le Clariscan. En revanche dans le reste du monde, l’entreprise bénéficie toujours d’un effet volume positif. Pendant la conférence téléphonique, le directeur financier Jérôme Estampes a confirmé l’objectif de marge pour 2020 : une fourchette de 14%-15%. En revanche, il n’a donné aucune indication sur la croissance du chiffre d’affaires malgré les nombreuses questions des analystes. L’entreprise devrait en effet être sous pression avec l’arrivée du générique de Dotarem aux Etats-Unis. Cette arrivée entraînera une pression sur les prix et sur les volumes sur ce marché significatif pour Guerbet. Le changement brutal de direction en décembre 2019 et ce manque de visibilité pèsent sur le titre malgré une valorisation qui demeure faible. (Erasmus Small Cap Euro)

Barco : Le spécialiste belge des solutions d’imagerie et de partage publie de bons résultats 2019, très légèrement supérieurs aux attentes du consensus. Le chiffre d’affaires atteint 1 083M€ en croissance de 9.5%. La division Entertainment affiche la plus forte progression (+11.5%). Après de premiers signes de reprise en 2018, 2019 entérine le redémarrage du cycle de remplacement des projecteurs de cinéma en Europe et en Amérique du Nord. Le chiffre d’affaires de la division Healthcare progresse de 9.7%, porté entre autres par la Chine. Enfin, la division Enterprise affiche une bonne performance (+6.8%), principalement portée par une croissance à deux chiffres des produits ClickShare. Afin de capitaliser sur cette gamme, le groupe a annoncé cette semaine le lancement de ClickShare conference, dont les premières ventes devraient intervenir fin 2020. La marge d’EBE bondit de 200 points de base pour atterrir à 14.1%, tirée par les trois divisions. Nous saluons particulièrement les objectifs 2020, qui malgré la prise en compte de l’impact du coronavirus, arrive en ligne avec le consensus, alors que celui-ci n’avait pas été révisé depuis le début de l’épidémie. Barco prévoit une croissance de son chiffre d’affaires entre 5% et 8%, et une expansion de la marge d’EBITDA d’environ 100 points de base (15% de marge). L’effet de levier sur les marges pourrait être bien plus important, mais le management souhaite réinvestir dans l’innovation, fer de lance de sa stratégie. (Erasmus Mid Cap Euro, Erasmus Small Cap Euro) 

14/02/2020

Reno de Medici : le fabricant italien de carton à papiers recyclés a publié ses résultats annuels 2019. Le chiffre d’affaires est en progression de +16% (-2,5% en organique). La marge d’EBE est de 10,3% (vs 10,4% en 2018). Pour 2020, l’entreprise reste optimiste dans un environnement compétitif et légèrement déflationniste. Le management confirme son objectif de moyen terme d’amélioration de la marge d’EBE (objectif de marge supérieur à 10%). Cette publication est dans l’ensemble positive puisque Reno de Medici se montre résilient dans un environnement difficile. Deux points négatifs cependant : l’arrêt temporaire d’un site de production pour des raisons exogènes et une incertitude sur le futur de la division FBB (production de carton à base de fibre vierge et non recyclée) qui demeure à des niveaux de profitabilités faibles et a subi une dépréciation de ses actifs. Enfin, l’entreprise a fortement amélioré sa génération de trésorerie et son endettement. Elle a donc les capacités de réaliser des acquisitions significatives et créatrices de valeur. (Erasmus Small Cap Euro)