Septembre 2016

Septembre 2016

Les nouvelles macro-économiques se suivent, et ne se ressemblent pas toujours ! Ce mois-ci, c’est l’OPEP qui crée la surprise avec un accord historique, le premier depuis 2008, qui vise à baisser la production pétrolière de l’ordre de 700 000 barils par jour, soit entre un tiers et la moitié de l’excédent de production mondiale. Nous verrons les conséquences que les marchés auront décidé d’en tirer ; en attendant, le calendrier de fin d’année, notamment politique, reste bien chargé et nous promet un regain de volatilité…

Sur le mois, la performance de Erasmus Large Cap Euro est négative, en ligne avec son indice de référence. Peu de thématiques sectorielles émergent, sinon la poursuite de la désaffection des valeurs financières dans un environnement de taux bas, thématique par ailleurs validée par les difficultés de Deutsche Bank à rassurer le marché. C’est donc au cas par cas que nous décidons de commenter le mois écoulé. Zalando d’abord, qui poursuit sa bonne performance et progresse de 8%. Le secteur dans son ensemble se redresse, et la validation du modèle de croissance rentable cet été a permis aux investisseurs de gagner en confiance et redécouvrir un titre très chahuté en début d’année. AB-Inbev (+5%) finalise enfin sa fusion et conserve un caractère relativement prédictif (synergies de fusion notamment) qui, dans l’environnement actuel de faible visibilité, est apprécié par le marché. Technip (+3%) est aidé ce mois-ci par les espoirs de redressement du prix du pétrole consécutifs aux accords de l’OPEP. En revanche, nos valeurs italiennes continuent de souffrir, Intesa (-7%) et Telecom Italia (-9%) sous-performent massivement, ainsi que l’ensemble de nos valeurs financières (ING -2%, Allianz -1%).

Une nouvelle valeur fait son entrée en portefeuille ce mois-ci, Carrefour, essentiellement pour des raisons de valorisation. Nous tablons sur un redressement progressif des performances opérationnelles en France, et la cristallisation de la valeur cachée dans les activités brésiliennes et dans l’immobilier. Nous avons par ailleurs cédé nos positions en Zodiac, qui s’était bien reprise cet été, et en Stroeer dont nous avons du mal à comprendre la stratégie dans l’internet.