Reporting mensuel

  -  Dernières données mensuelles et historiques

Avril 2020

Le rebond des marchés ne se sera pas fait attendre. L’optimisme reprend le dessus en avril soutenu par la perspective de sortie progressive du confinement des pays européens, les mesures prises par les banques centrales et les gouvernements, mais aussi les publications des entreprises qui s’avèrent être meilleures qu’attendues. La progression des indices est également entretenue par des données plutôt rassurantes des pays asiatiques : pas de seconde vague d’épidémie et une reprise économique en bonne voie. En parallèle, le consensus a fortement révisé ses attentes de bénéfices en Europe et attend désormais une baisse de 18% pour 2020 contre -2% en début de mois.

Mars 2020

Les marchés cèdent à la panique suite à la diffusion du covid 19 dans le monde et de ses conséquences dévastatrices sur le plan sanitaire mais aussi économique. La réponse des banques centrales et des gouvernements a cependant amorti le choc, bien qu’elle ne soit pas encore suffisante pour le compenser. Sectoriellement, ce sont les bancaires, les loisirs et l’automobile qui souffrent le plus alors que les secteurs défensifs résistent bien mieux, la santé et l’agroalimentaire en tête.

Février 2020

La propagation du Coronavirus est le cygne noir des marchés actions et créé un choc d’offre inattendu. Ses répercussions sur la croissance mondiale ne sont à ce jour pas bien quantifiées et les investisseurs détestent l’incertitude, ce qui est certain c’est que son impact s’étendra bien au-delà des frontières chinoises. 

Janvier 2020

Le mois de janvier marque l’apparition de nouvelles craintes sur les marchés actions de la zone Euro. Après un début de période dans la continuité de 2019, l’épidémie de Coronavirus est venue semer le doute et engendrer des prises de bénéfices sur les marchés qui terminent en baisse de 2%. 

Décembre 2019

2019 se termine sur une note favorable pour les indices actions qui clôturent sur leurs plus hauts annuels. Le MSCI Euro progresse de 1.1%, porté par l’accord commercial de phase 1 entre la Chine et les Etats-Unis mais aussi la victoire de Boris Johnson au Royaume-Uni.