Reporting mensuel

  -  Dernières données mensuelles et historiques

Juillet 2020

Le mois de juillet a marqué une pause dans la hausse ininterrompue qu’ont connue les marchés depuis le mois d’avril. Les facteurs d’incertitude reprennent le dessus, malgré des indicateurs économiques bien orientés (PMI zone Euro, IFO, PIB en France et en Allemagne) et l’annonce du plan de relance européen qui ouvre la voie à une union plus solidaire que jamais.
 

Juin 2020

Le rebond des marchés actions se poursuit à un rythme soutenu en zone Euro, le MSCI Euro gagne ainsi 4.9% en juin. Les bonnes nouvelles ont pris le dessus avec des bons chiffres économiques confirmant la rapidité de la reprise, tant du côté des entreprises que des ménages, malgré la crainte d’une deuxième vague de contagion notamment aux Etats-Unis et la propagation du virus en Amérique Latine. Une fois de plus ce sont les cycliques qui ont la faveur des investisseurs avec les financières, la technologie et l’auto en têtes. Du côté des entreprises, notons le retour des opérations de M&A, dont Erasmus Small Cap Euro a bénéficié, avec l’offre d’acquisition sur Envea à un prix de 110€, initiée par Carlyle.

Mai 2020

Le rallye haussier se poursuit en mai avec un gain de 3% pour le Stoxx 600, soutenu par la reprise graduelle des économies et les plans de relance mis en place par la commission Européenne et les Etats. La rotation sectorielle a été très prononcée sur cette période, avec un rebond des valeurs cycliques, au détriment des défensives. 

Avril 2020

Le rebond des marchés ne se sera pas fait attendre. L’optimisme reprend le dessus en avril soutenu par la perspective de sortie progressive du confinement des pays européens, les mesures prises par les banques centrales et les gouvernements, mais aussi les publications des entreprises qui s’avèrent être meilleures qu’attendues. La progression des indices est également entretenue par des données plutôt rassurantes des pays asiatiques : pas de seconde vague d’épidémie et une reprise économique en bonne voie. En parallèle, le consensus a fortement révisé ses attentes de bénéfices en Europe et attend désormais une baisse de 18% pour 2020 contre -2% en début de mois.

Mars 2020

Les marchés cèdent à la panique suite à la diffusion du covid 19 dans le monde et de ses conséquences dévastatrices sur le plan sanitaire mais aussi économique. La réponse des banques centrales et des gouvernements a cependant amorti le choc, bien qu’elle ne soit pas encore suffisante pour le compenser. Sectoriellement, ce sont les bancaires, les loisirs et l’automobile qui souffrent le plus alors que les secteurs défensifs résistent bien mieux, la santé et l’agroalimentaire en tête.