Reporting mensuel

  -  Dernières données mensuelles et historiques

Avril 2017

Les actions de la zone euro ont poursuivi leur tendance haussière au cours du mois d’avril grâce à deux événements favorables : les  résultats des entreprises pour le premier trimestre sont, dans une large mesure, égaux ou supérieurs aux prévisions, notamment pour les segments les plus cycliques de la cote ; le premier tour de nos  élections présidentielles  a rassuré les marchés qui avaient envisagé l’hypothèse d’un second tour Le Pen - Mélenchon.

Mars 2017

Malgré les incertitudes politiques, les indicateurs macro-économiques demeurent bien orientés en zone euro et c’est sans doute cela, joint aux commentaires prudents mais optimistes des dirigeants d’entreprises, qui justifie la très bonne tenue des marchés : l’indice MSCI EMU Small NR s’est ainsi apprécié de 4.91% en mars, le fonds suivant la même tendance avec une hausse de 4.38%. Depuis le début d’année l’indice dividendes réinvestis progresse de 9.01% et le fonds de 9.48%.

Février 2017

Le mois de février se traduit par la poursuite d’une belle performance absolue et relative du segment small cap zone euro, dont l’indice progresse de 2.74% sur le mois. La saison de résultats bat son plein, avec son lot de bonnes et mauvaises surprises, plutôt bonnes pour Erasmus Small Cap Euro qui progresse de 3.49%.

Janvier 2017

L’année 2017 a bien débuté pour les petites valeurs de la zone euro, dont l’indice représentatif MSCI EMU Small Caps NR affiche une progression de 1.14% alors que les indices des grandes valeurs sont en recul au 31 janvier.  La raison de cet écart est à trouver dans la pondération plus importante, parmi les petites valeurs, d’entreprises cycliques qui ont été recherchées en début d’année : un environnement macroéconomique convenable et les espoirs de mesure de relance du gouvernement de Donald Trump y auront contribué. Sur le mois, Erasmus Small Cap Euro parvient à amplifier la hausse.

Décembre 2016

Indicateurs économiques bien orientés, nouveau raffermissement  du dollar face à l’euro, hausse proche de 10% du prix du baril, espoirs d’un plan de relance aux Etats-Unis. Autant de raisons pour expliquer la  bonne tenue des actions en décembre, particulièrement prononcée au sud de l’Europe, y compris la France. Au plan sectoriel, les valeurs des secteurs bancaires et de l’assurance et celles particulièrement cycliques (métaux, minerais, chimie..) en ont le plus profité.