Reporting mensuel

  -  Dernières données mensuelles et historiques

Mai 2021

Les marchés actions ont poursuivi leur mouvement haussier, pour un quatrième mois consécutif. Sans surprise, les craintes inflationnistes ont occupé le devant de la scène et ont entraîné une nette surperformance des secteurs cycliques (banques et auto) au détriment de la technologie. 

Avril 2021

Le mois d’avril a été résolument haussier pour le marché des Small Caps dans un contexte de poursuite de bonnes surprises économiques et d’accalmie dans la hausse des taux longs. L’indice MSCI EMU Small progresse de 3.19% tandis qu’Erasmus Small Cap euro affiche une belle surperformance avec une hausse de 4.4%.  

Mars 2021

Entre excellentes nouvelles macroéconomiques et doutes liés à de nouveaux confinements et à des retards de vaccinations, les marchés ont tranché. Et sans demi-mesure. Accompagnés, si besoin en était, par des discours toujours accommodants des Banquiers Centraux, les indices européens ont pris plus de 5% sur le mois. Sectoriellement, profitant d’une remontée des taux longs sur fond de rebond de l’inflation, les valeurs plus cycliques / values ont très nettement surperformé les valeurs défensives / croissances.

Février 2021

Après des années de chute interrompue, les taux ont rappelé aux investisseurs qu’ils pouvaient également monter. La raison ? Le rebond de l’inflation, tiré par des coûts de l’énergie et des matières premières en hausse, des ruptures dans certaines chaînes d’approvisionnement, des plans de relance agressifs et des signes de reprise de la consommation. Cette remontée des taux a sanctionné de plein fouet le segment « croissance », avec des secteurs comme la technologie et la santé, très présents dans le fonds, qui ont été sanctionnés.

Janvier 2021

La volatilité se porte bien, merci pour elle. Il semble loin le temps où l'on pensait que les Banques Centrales l'avaient éradiquée. Si l'année 2020 a marqué son retour en force, avec en point d'orgue le mois de mars, l'année 2021 commence avec un mois de janvier particulièrement volatile. La hausse de la première semaine (+3%) a été brutalement interrompue par des résurgences d'inquiétudes sanitaires, variants et ruptures d'approvisionnement de vaccins ayant raison de cet élan initial.