logo erasmus

Veuillez sélectionner votre profil afin de commencer à naviguer sur le site :

JE SUIS UN PROFESSIONNEL JE SUIS UN PARTICULIER

Les commentaires de nos équipes
POINT MACRO

Soulagement

6 mai 2024

Soulagement après la réunion de la Federal Reserve jeudi et les chiffres d’emplois et d’activité aux Etats-Unis vendredi.

Pour Jerome POWELL, la patience est le mot clé, il a confirmé la prolongation des baisses de taux à court terme, souligné que la politique monétaire est suffisamment restrictive et annoncé une réduction du « quantitative tightening ». Par rapport aux attentes des marchés, la réunion du FOMC s’est révélée accommodante.

Nouveau soulagement le lendemain grâce aux chiffres de l’emploi américain qui ont à leur tour confronté l’idée d’une normalisation graduelle de l’économie confirmant l’analyse de Jerome POWELL que la banque centrale pourra prochainement entamer les baisses de taux.

D’où le rebond des marchés.

Eurozone

  1. Bonnes nouvelles pour l’Eurozone avec les surprises du PIB du T1 2024 (30/4). 0.2% était attendu et nous avons eu 0.3%, ce qui est bien tout en permettant à la BCE de baisser ses taux directeurs de 25 bps le 6 juin. Allemagne +0.2% et le T4 2023 revu de -0.1% à 0%, France +0.2% après +0.1% au T4, Italie +0.3% après un T4 révisé à +0.1% et Espagne +0.7% après un T4 révisé à +0.7%.
  2. Par contre l’activité manufacturière ne repart pas (2/5) avec un recul du PMI manufacturier à 45.7 en avril après 46.1 en mars. Seul le PMI manufacturier espagnol est au-dessus des 50.
  3. Inflation stable en avril à 2.4%, inflation sous-jacente à 2.7% (30/4).
  4. Recul de la confiance des entreprises mesurée par la Commission Européenne (29/4) à 95.6 en avril après 96.2 en mars, là encore l’Espagne se distingue en progressant.
  5. Pour le 4e mois consécutif, le taux de chômage dans la zone est stable à 6.5% en mars (3/5), reculs de 0.1% pour l’Espagne et la France et de 0.2% en Italie.

Etats-Unis

  1. La Fed garde son calme (1/5) face au ralentissement du recul de l’inflation, rien de « faucon » dans son communiqué, rien qui empêcherait des baisses de taux à venir. Au contraire puisque la Fed ralentit même son programme de réduction de la taille de son bilan.
  2. Le rapport sur l’emploi du vendredi 3 mai comporte cette analyse : 175 K créations d’emplois là où le consensus en attendait 240 K, et avec des révisions nettes de -22 K sur les mois précédents. Le taux de chômage remonte de 3.8% à 3.9% et le salaire horaire progresse de 0.2% sur le mois alors que 0.3% était attendu.
  3. Autre confort pour la Fed, le déclin des indicateurs anticipés ISM. Le manufacturier (1/5) repasse en territoire négatif à 49.2 en avril après 50.3% en mars et celui des services passe aussi sous les 50 à 49.4 en avril après 51.4 en mars et des attentes du consensus à 52.0.
  4. Et aussi recul de la confiance des ménages mesurée par le Conference Board (30/4) à 97.0 en avril après 103.1 en mars et des attentes du consensus à 104. 3e mois de recul de cet indicateur au plus bas depuis juillet 2022.
  5. Recul des dépenses de construction (1/5) de 0.2% en mars contre des attentes à +0.3% qui peut s’expliquer d’une part par la hausse des prix des logements de 0.4% en février et 6.4% sur un an (Case-Schiller 30/4) et 1.2% en février et 7% sur un an (FHFA) et d’autre part par la hausse le mois dernier des taux hypothécaires.
  6. 1% de hausse pour les ventes de véhicules en avril (2/5) à 15.7M en rythme annualisé vs 15.5 le mois précédent.

Asie

  1. Après la forte bonne surprise de la croissance chinoise au T1, un ralentissement est attendu dès le T2, aussi les économistes maintiennent leurs prévisions annuelles à 4.7% (Consensus Forecast) contre « autour » de 5% pour le gouvernement.
  2. Hausse de l’inflation au Japon à +2.4% en 2024, puis des attentes entre 1.4% et 1.8% pour 2025, 2026 et 2027avec un PIB à +0.5% pour cette année et entre 0.4% et 0.9% par la suite. Les hausses de salaires résultant des « Spring Negociation » devraient être très élevées (4.5% à 5%).

Marchés et fonds

  1. Les marchés européens clôturent la semaine en baisse avec une performance de -0.51% pour le Stoxx 600 et le CAC 40 termine la semaine à 7957.57 en baisse de -0.74%. Les indices américains progressent : Dow +1.2% ; S&P500 +0.6% et NASDAQ +1.5%.
  2. Bonne saison de publication pour le T1 aux Etats-Unis, 78% au-dessus des attentes des analystes, les révisions sur 12 mois repassent à la hausse (ERR) et ce ne sont plus seulement les « magnificient seven » dont les résultats sont revus à la hausse. Ainsi Deutsche Bank revoit cette semaine ses attentes pour le BPA du S&P 500 de 250$ à 258$, +13% vs 2023 alors que le consensus est à 249$. Pour autant, l’objectif de l’indice en fin d’année est inchangé (5100).
  3. Par contre sur la semaine dernière, le consensus IBES sur le Stoxx 600 est révisé à la baisse de 0.1% sur 2024 et sur 2025. Le multiple à 12 mois des BPA est désormais de 13.4x.
  4. Bonne semaine relative pour FCP mon PEA, mais qui baisse, moins bonne semaine relative pour Erasmus Mid Cap Euro et Erasmus Small Cap Euro, mais qui montent.
  5. Mouvements seulement pour FCP Mon PEA cette semaine avec les ventes de LVMH et Sanofi, forts choix stratégiques et les achats de Renault et Bureau Veritas qui entrent pour la première fois dans notre portefeuille.

Bonne semaine à tous,

Jean-François GILLES

AUTRES POINTS MACROS